Année 2011

Revue de presse du 1er au 31 Août 2011

SOLIDARITE – INITIATIVES LOCALES

Pays de la Loire – ST HERBLAIN

Une amitié franco-rom

Ouest-France – 02/08/11

Un beau lien s’est créé depuis quelques semaines entre Marinette Cottin, du collectif Sol’Romst-Herblain, et Lavinia, une jeune grand-mère de 42 ans, vivant en France depuis 2006. Elle et sa famille vivent sur un terrain vide à Orvault, après avoir été expulsées en juin d’un parking (La Gournerie). Les familles vivent là, mais « Il n’y a pas d’eau, pas de toilettes, pas d’électricité et le terrain est gorgé d’eau », décrit Marinette. Elle emploie Lavinia pour des travaux de ménage, et la rémunère en chèques emploi-service. Comme quelques autres, elle sait que la clé de l’émancipation des populations Roms passe par le travail indépendant. Une dizaine de Roms de la région sont ainsi des employés régularisés sur le site du Cesu (Chèque emploi service universel), et participent à la vie régionale : vendanges, cueillette de fruits, et divers travaux de maçonnerie, peinture et jardinage.
Le collectif a également mis sur pied des ateliers d’alphabétisation, de soutien scolaire, de recherche d’emploi. Un suivi sanitaire a été mis en place avec Médecins du Monde, et un soutien juridique est apporté pour toute action à entreprendre, ou l’obtention de documents officiels.

Un appel aux dons a également été lancé par le collectif, pour récupérer des bâches, des outils de jardin, des tables, du matériel de cuisine, des couvertures, etc.
Contact. Collectif Sol’Romst-Herblain, tél. 02 40 46 51 78.

Communiqué du Parti Socialiste français

Immigration : le PS attaque Guéant

Lhumanite.fr - le 8/08/2011

Le 8 août, le PS dévoile le communiqué suivant, signé Sandrine Mazetier, Secrétaire nationale à l’immigration, en réaction à des propos de Claude Guéant sur l’objectif des expulsions pour 2011 revu à la hausse :
« Le ministre de l’Intérieur s’est décerné ce matin un auto-satisfecit consternant en évoquant sa volonté d’accroître le nombre d’expulsions. Le durcissement de cette politique du chiffre n’aboutit en réalité à aucun résultat. Un an après le discours nauséabond prononcé par Nicolas Sarkozy à Grenoble, montrant du doigt les Roms, chacun peut mesurer les dégâts et l’inefficacité de cette politique.
Claude Guéant invoque l’histoire, les racines et la culture françaises pour tenter de justifier une politique en tous points contraire à cette histoire, à ces racines et à cette culture.
Le Parti socialiste dénonce cette politique inefficace. Créant un climat insoutenable de traque des sans-papiers, la politique d’objectifs chiffrés d’expulsions se double d’une mise en cause absurde de l’immigration légale et de l’intégration à la française.
Le Parti socialiste propose une politique migratoire efficace, équilibrée et humaine, pour une meilleure intégration des migrants, le respect de leurs droits et des lois de la République. Une telle politique passe par une lutte résolue contre les réseaux d’immigration illégale. »

Bouches-du-Rhône - MARSEILLE

Manifestation en soutien aux Roms

Laprovence.com – 09/08/2011

La ligue des droits de l’homme a invité ce jour à une manifestation devant le tribunal administratif de Marseille. Plus de 60 roms étaient attendus, pour protester contre l’arrêté municipal pris lundi, visant à les expulser de la Porte d’Aix.
"Lorsque des gens occupent un site de façon illégale, les forces de l’ordre peuvent intervenir dans les 24 heures, a exposé la mairie de Marseille. Passé ce délai, il faut une décision de justice. Nous avons décidé de passer par un référé. Afin que le tribunal administratif puisse se prononcer favorablement, il fallait ce fondement réglementaire. C’est ce que le préfet nous a conseillé de faire, même si le maire n’apprécie pas ce type d’arrêté."

Val-de-Marne – CHOISY-LE-ROI

Les Roms sous protection à Choisy

Leparisien.fr – 13/08/11

Sur le parking du Lugo, depuis un an, vivent quinze familles de Roms, soutenues par la ville à tout prix. Quinze jours après le discours de Grenoble, le 12 aout 2010, ils avaient été mis sous les feux de la rampe, avec une évacuation massive (73 personnes). Depuis, la ville n’a cessé de se battre pour faciliter les conditions de vie de ces 15 familles.
Des caravanes leur ont été données, leur santé est surveillée (un médiateur vit sur place et les soins sont prodigués par l’aide médicale de l’Etat), la région et le département se partagent l’eau chaude, les transports sont à tarif réduit, mais ils vivotent toujours, entre mendicité et recyclage.
« Même si la cohabitation avec les riverains n’est pas toujours parfaite, nous sommes fiers de ce projet d’insertion et de partenariat », confie Gérard Chambon, l’adjoint PC chargé du dossier. Encore loin du rêve, évidemment : l’intégration, le travail, tout simplement.
D’autres villes riveraines s’intéressent à ce modèle.

Nord-Pas-de-Calais – LILLE

Un juge libère une famille rom, victime d’un « traitement inhumain et dégradant »

liberation.fr - Le 21/08/11

Sous le coup d’une OQTF, une famille de Roms du Kosovo, arrêtée le 17 aout à Clermont Ferrand, a été déplacée au centre de rétention de Lesquin (Nord), après un voyage de 10 heures. Un juge lillois de la JLD ( Libertés et détention) a estimé que la famille, comptant une femme enceinte et trois enfant, a subi un traitement "inhumain et dégradant", et les a fait libérer.
Me Norbert Clément précise dans le compte-rendu de sa décision (copie faite à l’AFP) que "le risque d’atteinte à sa santé [de la mère] et à la santé du bébé consécutif au stress induit par la situation de rétention qui lui a été notifiée au petit matin immédiatement suivie d’un déplacement géographique d’une durée de 10 heures, est totalement disproportionné, au regard de l’objectif d’éloignement poursuivi par les autorités", et que "rien dans la procédure ne justifie que cette famille ait été transportée à Lesquin plutôt qu’à Lyon, et que leurs conditions d’interpellations apparaissent opaques".
La famille reste sous le coup d’une OQTF, et l’avocat devait s’adresser par courrier à Carla Bruni-Sarkozy, considérant "qu’il n’y qu’une femme enceinte qui puisse comprendre la douleur qu’éprouve une femme enceinte" dans ce cas précis. Le couple, arrivé du Kosovo fin 2010 à Clermont-Ferrand, est catalogué serbe par les autorités françaises, et a fait appel devant la Commission nationale d’appel du droit d’asile (CNDA).

Bouches-du-Rhône - MARSEILLE

Roms : réaction de soutien à Marseille

Laprovence.fr - le 25/08/11

Un collectif d’associations (1) vient de s’exprimer dans une lettre ouverte au maire et au préfet, pour tirer la sonnette d’alarme face au traitement réservé aux Roms de la municipalité.
"Toutes ces années de politique sécuritaire appliquée à la présence à Marseille de familles Roms ont conduit, sous votre autorité, à l’impasse", exprime le collectif . "Vous expulsez à grands frais les familles de leur bidonville, vous les poursuivez, vous rendez la vie impossible aux riverains et pour seule solution vous remplissez des charters"[…] "Votre intervention Porte d’Aix, le 11 août, illustre votre obstination. La Ville de Marseille a apporté un élément de réponse en adaptant le dispositif d’accueil de la Madrague Ville. Si nous pouvons nous en féliciter, nous ne pouvons nous en satisfaire votre démarche tend à transformer l’UHU de la Madrague en centre de rétention ouvert pour faciliter l’expulsion du territoire français. Nombre de familles accepteront un retour "volontaire", mais vous savez bien que dans quelques semaines elles reviendront : qu’en ferez-vous ? En attendant des solutions, nous vous demandons un moratoire sur les expulsions des bidonvilles, et la tenue de la table ronde promise."

(1) Comité catholique contre la faim, communautés Emmaüs Marseille et Cabriès, Fondation Abbé Pierre, Ligue des droits de l’Homme et du citoyen, Médecins du monde, Pastorale des migrants, Rencontres tsiganes, Secours catholique

JUSTICE

Haute Savoie – CRAN-GEVRIER

Evacuation du terrain Portigliali

Ledauphine.com – 4/08/11

Le 3 août au petit matin, la police (municipale et nationale) a évacué un camp rom situé chemin de la Croix-Rouge, à Gevrier. 6 familles, trente-trois personnes au total, se sont vues obliger à quitter les lieux. 14 OQTF ont été distribuées, et 6 des occupants du camp (parmi eux, deux enfants) ont été envoyés au centre de rétention de Lyon. Un retour volontaire a été proposé à quelques-uns.
Dans un communiqué, la préfecture de Haute-Savoie a fait savoir que le maire avait pris un arrêté municipal le 22 juillet pour l’évacuation du terrain, apparemment très pollué.

Nord-Pas-de-Calais – LILLE

Un arrêté traduit en roumain

Lefigaro.fr - AFP – 08/08/11

Le maire (UMP) de La Madeleine, près de Lille, Sébastien Leprêtre, a pris un arrêté anti-mendicité et un autre interdisant de fouiller dans les ordures, qu’il a fait traduire en roumain et en bulgare. Il a justifié cette opération par téléphone à l’AFP en invoquant la "recrudescence de pratiques de mendicité impliquant de très jeunes enfants" à proximité des commerces, la "fouille des containers à poubelles" et des "altercations entre membres de la communauté rom et habitants. "Dans un souci de pragmatisme, j’ai demandé à ce que les arrêtés soient traduits en langues roumaine et bulgare pour qu’au moment où les infractions sont constatées, la police puisse remettre aux contrevenants des documents dont ils comprennent le contenu", précise le maire, qui souhaiterait (dit-il), par ces arrêtés, attirer l’attention sur le problème des Roms.
Selon l’Areas, une association d’aide aux Roms, leur concentration dans la métropole lilloise aurait presque été multipliée par deux depuis un an, passant de 185 familles (860 personnes) en juin 2010 à 320 familles (1.450 personnes) en juillet 2011.

Bouches-du-Rhône – MARSEILLE

La ville de Marseille prend un arrêté pour expulser des Roms

AFP – 9/08/11

Le lundi 8 août, la municipalité de Marseille a pris un arrêté municipal, validé le lendemain par le tribunal administratif, dans le but de « faire évacuer les espaces verts et publics situés à la porte d’Aix », à l’entrée de la ville. Un peu moins d’une centaine de Roms, dont une trentaine d’enfants, suite à l’évacuation de squats, s’étaient installés là depuis début juillet, et y vivaient dans des conditions d’hygiène et de sécurité très précaires. Ils ont été appelés à se rendre au tribunal le 9 août.
La mairie avait déposé une demande de référé afin d’accélérer la procédure, a précisé une porte-parole de la mairie. "Ces gens-là, il y en a trop dans cette ville, nous souhaitons qu’ils aillent ailleurs", avait déclaré le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin vendredi 5 août.
"Nous dénonçons le caractère scandaleux, insupportable, de cette convocation : au lieu de dépenser du temps et de l’énergie à chercher un lieu où ces familles pourraient se stabiliser dans des conditions décentes de vie, d’hygiène et de salubrité, les autorités se mobilisent...pour les chasser, les traquer, les renvoyer toujours un peu plus loin", a réagi le groupe des élus du Front de gauche, dans un communiqué.
Médecins du Monde (MdM) avait déjà attiré l’attention des médias fin juillet sur "le harcèlement policier" dont sont victimes les Roms à Marseille, appelant à un "moratoire des expulsions".
Déclencheur supposé de cet arrêté : une réunion d’urgence autour d’un parking « sauvage » situé dans le quartier de la porte d’Aix, symptomatique, pour les élus, d’une « ville en panne » sociale.

Une centaine de Roms délogés d’une pelouse à Marseille

Lemonde.fr – 11/08/11
Les 90 Roms installés à la porte d’Aix ont été évacués par une cinquantaine de CRS et 20 policiers en civil de la police judiciaire, le jeudi 11 août à 6 heures du matin. Cette opération fait suite à la prise par la municipalité de Marseille d’un arrêté d’expulsion, validé le 9 août par le tribunal administratif.
La police a encerclé les familles, effectué des contrôles d’identité, et selon une porte-parole de la mairie de Marseille, "comme à chaque fois, des propositions d’hébergement notamment au centre de la Madrague, seront faites par le Samu social". Elle précise que "jusqu’à présent, elles ont été à chaque fois refusées".
Bernard Eynaud, de la LDH, a ajouté que les solutions offertes aux Roms de la porte d’Aix n’étaient pas adaptées : centres pour SDF ou personnes isolées, mal adaptés aux enfants, alors que les Roms ont un mode de vie familial, regroupé.
Soutenus par le Front de gauche, le collectif d’associations œuvrant aux côtés des Roms exprime ses doutes concernant les véritables raisons de cette expulsion : supposée refuser que les Roms vivent dans des conditions de vie extrêmes, on y voit une volonté de gonfler les chiffres de reconduite à la frontière, dont Claude Guéant a encore augmenté l’objectif (+ 2000 personnes pour 2011, passant de 28.000 à 30.000).

Gard- NIMES

La Cimade réagit après le suicide d’un Roumain

AFP - le 16/08/2011

La Cimade a pointé du doigt dans un communiqué "la violence de l’enfermement des étrangers" après le suicide, le 13 août, d’un Roumain de 45 ans, détenu depuis fin juillet au CRA (centre de rétention administrative) de Nîmes.
Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de la pendaison de ce père de famille (2 enfants) venu travailler en France sur les chantiers après avoir vendu tous ses biens.
Pour la Cimade, ce décès tragique est "la conséquence directe de la violence que constituent les politiques françaises de l’enfermement des étrangers" et "d’un système qui ne considère plus les hommes en humains".
C’est la première fois qu’une affaire de ce type a lieu à Nîmes, affirme le parquet.

Seine-Saint-Denis - BOBIGNY

Un lieu de culte « sauvage » en péril

Leparisien.fr - le 19/08/2011

Dans un camp Rom de Bobigny, rue des Coquetiers, où vivent une centaine de personnes, une église, vaste cabane de bois aménagée et soignée, a vu le jour. Construite par des Roumains arrivés il y a un an sur le terrain, un office y est célébré le jeudi et le dimanche soir par un pasteur rattaché à l’Eglise chrétienne apostolique des Gitans de Roumanie. Des Roms d’Aubervilliers, de Bobigny et de La Courneuve y viennent les jours d’office.
Le lieu serait menacé de destruction : pendant une « opération de recensement » des habitants du camp, les forces de l’ordre police auraient prévenu « qu’ils voulaient la casser, car il n’y a pas de garantie de sécurité, explique Denutzu Popescu, le porte-parole du campement. Mais cette église est très belle et très solide et elle nous sert pour prier et pour l’éducation de nos 20 enfants qui sont scolarisés. »
Un arrêté de péril est en cours, malgré la politique de soutien de la mairie de Bobigny envers ses Roms. Le campement lui-même est menacé : 60 OQTF ont été distribuées le 18 août, et 12 habitants du camp ont accepté l’aide au retour volontaire.

Rhône – LYON

Un délai pour les Roms de Feyssine

Lyoncapitale.fr -le 22/08/2011

Un semblant de répit pour les 39 adultes et vingt enfants du campement de Roms de Villeurbanne, près de Lyon. Leur avocate, Me Nathalie Péquignot, a obtenu le renvoi de l’audience et référé au 12 septembre. Mais l’issue du jugement ne laisse aucune surprise.
Le Grand-Lyon avait attaqué en référé le 5 août l’occupation de son terrain, « une dépendance de la voie routière appartenant au Grand Lyon », pour des raisons de « salubrité publique » et « la dangerosité du terrain séparé du périphérique par un mur de 50 cm seulement ».
Le délai accordé aux Roms du terrain de la Freyssine pour se reloger était encore débattu fin août.
L’avocat du Grand-Lyon, Me Samuel Becquet, tentera certainement de raccourcir ce délai au maximum.
Les Roms de la Freyssine sont arrivés sur ce terrain de fortune après l’incendie de Vénissieux, au mois de mai. Selon un membre de l’association CLASSES et le porte-parole des Roms, les cabanes du campement sont bien entretenues, les Roms s’y entendent bien et s’y organisent du mieux possible.
Ils pensent refuser l’aide au retour et ne pensent qu’à leur intégration et à la scolarisation continue de leurs enfants (10 enfants du camp sur 20 sont inscrits dans des écoles de Lyon).
André Gachet, représentant de la Fédération Européenne des Associations Nationales, ne désespère pas qu’avec "l’ouverture récente des fonds européen (Feder) aux populations sans-abri de l’Union, des projets sortent un jour de terre dans le Grand-Lyon, y compris pour les Roms".

Bouches-du-Rhône - MARSEILLE

Marseille : expulsion de 72 Roms

20minutes.fr – 26/08/11

Après avoir été hébergées à l’unité d’hébergement d’urgence de Madrague, soixante-douze personnes (sur les quatre-vingt-quinze) ont été renvoyées en Roumanie depuis Marseille, à la suite de l’évacuation du campement de la Porte d’Aix, le 11 août. Encore une aide au retour acceptée, une fausse solution. Philippe Rodier, coordinateur de la mission Roms de MdM, demande une table ronde « pour trouver des remèdes justes, comme l’avait promis la municipalité au début du mois ». Une lettre ouverte a été adressée au maire de Marseille et au préfet par le collectif d’associations, estimant qu’il «  est temps de prendre la mesure de la situation et de l’appréhender dans sa complexité  ».
Philippe Dieudonné, vice-président de la fédération départementale de la Ligue des droits de l’homme, parle d’une « une chasse insupportable de la police  », face à laquelle des familles entières sont perpétuellement déracinées. «  La santé est passée au dernier rang de leurs préoccupations  », ajoute-t-il. Aux associations liées aux missions de santé, de sécurité et de salubrité publique de conclure : «  Le mal dont souffre Marseille ne s’appelle pas Roms, il s’appelle précarité. Les expulsions et les charters n’ont pas le pouvoir de guérir ce mal-là  ».

EUROPE

Belgique – HOTTON

Rassemblement de Roms à Hotton

Rtl.be – 04/08/11

Le dimanche 7 août , 300 familles roms de confession évangéliste venus de Belgique, d’Allemagne, de France et des Pays-Bas vont se réunir pour une semaine de prières, de chants et de débats autour de l’évangile. Un accord a été passé avec un fermier de la région, tous les frais de la rencontre étant pris en charge par la mission évangéliste. « La commune et la police ont cependant été associées à l’organisation logistique", a précisé Christine Mahy, porte parole de l’association Miroir Vagabond, médiateur entre les populations itinérantes et la commune. Tous les ans, la mission internationale pose ses valises dans une contrée différente. C’est la première fois qu’une convention religieuse de gens du voyage d’une telle ampleur s’installe à Hotton.

Roumanie – BAIA MARE

Des centaines de Roms menacés de perdre leur toit

Agglotv.com – 31/08/11 (Communiqué de presse)

Plusieurs centaines de Roms pourraient se retrouver à la rue : les autorités roumaines devraient démolir des logements à Baia Mare, dans le nord-est de la Roumanie, fin août, a déclaré le maire de la ville dans un quotidien local. Les familles menacées par ce projet n’ont pas été prévenues, elles devraient être évacuées en Roumanie même, vers leurs régions d’origine.
« Une fois encore, les autorités roumaines font ouvertement preuve de dicrimination envers les membres de la communauté rom », réagit Jezerca Tigani, directrice adjointe Europe d’Amesty International. « Les autorités […] transgressent les traités internationaux que le gouvernement roumain a ratifiés ». Elle demande que les familles concernées puissent choisir leur lieu de vie, comme tout citoyen de l’Union Européenne.
Ce n’est pas la première tentative menée par la Roumanie pour expulser ses Roms, une tentative avortée avait déjà eu lieu en juillet 2010.

Il y a environ deux millions de Roms en Roumanie, soit 10% de la population roumaine ; ils sont rarement propriétaires de terrains, et le logement social manque en Roumanie, où 97% du parc immobilier est privé. Le droit roumain ne protégeant pas les Roms, qui occupent souvent des espaces illégalement, donnant lieu à des expulsions forcées, le relais doit être pris par des ONG. Amnesty International s’attache à rassembler le plus d’informations possibles sur ces cas d’expulsion et de ségrégation flagrants.

Pologne - CRACOVIE

Réunion sur les Roms à Cracovie

fenetreurope.com - 02/08/11

Sous la présidence polonaise du Conseil de l’UE, une réunion du Groupe chargé des Affaires Roms de la Commission commune du Gouvernement et des Minorités nationales et ethniques a eu lieu le 2 août. Une date symbolique, car c’est un 2 août qu’a eu lieu, en 1944, la liquidation du camp de concentration des tziganes.
Les célébrations, ont le soutien de la plénipotentiaire du gouvernement pour l’Egalité de traitement, du ministère des Affaires intérieures et de l’Administration, du voïvode de la Petite Pologne et de l’OSCE. Objectif : faire passer un message antiraciste et antidiscriminatoire, et soutenir l’idée d’une journée européenne du Souvenir du Génocide des Roms, qui serait fondamentale dans la consolidation de l’identité rom.
Le 2 février de cette année, peu après avoir célébré la mémoire de l’Holocauste, le Parlement européen avait organisé un débat spécial, au cours duquel Jerzy Buzek, son président, avait évoqué le fait que seuls quelques pays avaient officiellement reconnu le génocide des Roms comme tel.

Belgique - BRUXELLES

Intégration des Roms : un satisfecit pour la France

AFP - 25/08/11

Un satisfecit a été accordé à la France le 25 août pour le respect dont les autorités ont fait preuve concernant la directive de la commission européenne sur la libre circulation. Viviane Reding a précisé dans un communiqué que "la France a adopté toutes les modifications législatives exigées par la Commission pour assurer le respect de la directive (loi européenne, ndlr) sur la libre circulation", Paris, aurait donné toutes "les garanties qui protègent les citoyens de l’Union contre les expulsions arbitraires et les traitements discriminatoires".
Ce communiqué semble mettre fin à la controverse de l’été 2010, lors de laquelle la commissaire européenne avait émis un parallèle entre les expulsions musclées de sans-papiers et certains faits de la Seconde Guerre Mondiale. Paris ayant fait le nécessaire pour que sa loi nationale entre dans les prérogatives de la directive européenne, la France a donc évité une « procédure pour discrimination ».
"En temps de crise économique, il se peut que certains Etats membres de l’UE soient tentés d’adopter des mesures discriminatoires à l’encontre des citoyens de l’Union et des membres de leur famille. Or, la directive européenne sur la libre circulation offre des garanties suffisantes pour que l’exercice par les citoyens de l’Union de leur droit de circuler librement ne devienne pas une charge disproportionnée pour le budget d’un Etat membre. Il n’y a donc pas lieu de prendre des mesures nationales unilatérales à cet égard", a précisé Mme Reding.
16 Etats de l’UE, dont la France, sont donc entrés dans les clous concernant la loi européenne sur la libre circulation. D’autres, comme l’Allemagne, l’Espagne et l’Royaume-Uni seront sanctionnés par la Commission européenne, faute d’être en conformité avec le droit de l’UE.

UE et libre circulation, encore dix mauvais élèves

AFP - 25/08/11

Viviane Reding a dix Etats de l’Union européenne dans le collimateur : n’ayant pas appliqué à leur législation nationale une loi européenne sur la libre circulation des personnes, ils sont menacés d’une procédure devant la Cour européenne de justice, pour discrimination.
"Le droit de circuler librement est l’un des droits les plus chers aux yeux des citoyens de l’Union", a asséné la commissaire européenne en charge de la justice. "Je tiens à faire en sorte que tous les citoyens de l’Union puissent effectivement exercer leurs droits à la libre circulation".
Sont pris en faute face à cette directive de 2004 : l’Allemagne, l’Autriche, Chypre, l’Espagne, la Lituanie, Malte, la Pologne, la République tchèque, le Royaume-Uni et la Suède. La Belgique est en cours d’évaluation, mais les seize autres Etats membres respectent apparemment la loi européenne.

Les Etats membres sont évalués sur trois volets de la loi sur la libre circulation : l’entrée et le séjour des membres de la famille (y compris les conjoints), la délivrance de papiers (visas, cartes de séjour) aux membres de la famille des ressortissants d’autres pays, et la protection contre l’expulsion.

Hors Europe

Etats-Unis / Bulgarie

Un projet cofinancé par l’UE sur la vie de communautés roms récompensé aux Etats-Unis
Fenetreurope. fr - Jeudi 25 Août 2011
Le projet « Colorful but colorblind », 25 courts métrages retraçant des parcours de communautés roms en majorité bulgares sur lesquels ont travaillé des journalistes roms et non roms, a reçu un prix décerné par la Society of professional Journalists, aux Etats-Unis. Cofinancé par l’Union Européenne, le projet vise a ouvrir le champ de réflexion concernant les Roms, à rendre leur parcours accessible au plus grand nombre, et à promouvoir l’embauche de journalistes roms dans les médias en général. Le prix « Sigma del Chi » leur a également été attribué, dans la catégorie « médias sur support numérique indépendants ».

Plus d’informations : http://ec.europa.eu/roma


 
Romeurope bénéficie du soutien deIDFetACSE