Interventions

Paris, le 31 août 2016

80% des enfants d’âge scolaire vivant en squat/bidonville ne sont pas effectivement scolarisés. C’est le constat établi par le GIP Habitat et Interventions Sociales chargé de l’élaboration de diagnostics sociaux en amont de l’expulsion effective. Cet organisme a rencontré plus de 13 000 personnes entre fin 2012 et juillet 2015 en Ile-de-France. Depuis la création du Collectif pour le Droit des Enfants Roms à l’Education, nous alertons à chaque rentrée scolaire sur le nombre d’enfants qui, malgré une réglementation claire, sont exclus du système scolaire, en raison soit des expulsions de leurs familles des lieux de vie, soit pour des motifs fallacieux tels l’absence de justificatif de domicile.

La rentrée 2016 ne fait pas exception : ces enfants continuent à être privés de ce droit fondamental, sans que cela n’émeuve les autorités concernées. Ainsi, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) et European Roma Rights Centre (ERRC) dénoncent que, durant le deuxième trimestre de l’année en cours, ce sont 932 personnes expulsées de force de 12 lieux de vie, sans quasiment aucune proposition d’hébergement. Puis, comme il fallait s’y attendre, ces expulsions ont continué pendant toute la période estivale : plus de 50 familles à Saint-Denis le 6 juillet (malgré une injonction de la CEDH de surseoir à exécution dans l’attente d’un examen attentif du respect des droits prévus par la Convention européenne de droits de l’Homme) ; 160 personnes à Goussainville le 20 juillet, 200 personnes à Saint Ouen, le 26 juillet ; 40 personnes à Montreuil, 400 personnes à Champs-sur-Marne et 250 personnes à Saint-Denis début août ; 180 personnes à Saint-Denis 10 jours plus tard ; à Lyon plus d’une centaine de personnes, 70 personnes à Marseille… En tout, plus de 1700 personnes ont été expulsées cet été.

Cette situation concerne des enfants de tous âges : primaire, collège ou lycée. Cependant, la scolarisation des adolescent-e-s (âgés entre 12 et 18 ans), habitant ces lieux précaires est moins bien connue. Le CDERE a ainsi réalisé une enquête qui démontre que l’invisibilité de ces jeunes est révélatrice d’un système discriminatoire qui les exclut et amplifie la stigmatisation dont ils sont l’objet. Elle révèle que 85 sur 161 jeunes interrogés sur 34 bidonvilles et squats, soit plus de la moitié, ne vont pas à l’école au moment de l’enquête. Encore s’agit-il de lieux de vie où un suivi associatif permet de limiter les dégâts ! On est très loin du taux de scolarisation national observé en France : 93% chez les jeunes de cette même tranche d’âge.

En publiant cette étude le 27 septembre prochain, le CDERE veut ainsi contribuer à la réflexion et l’action envers les jeunes. Il est temps que les institutions concernées cessent de nier leur existence. En cela, nous exigeons :
-  que les maires procèdent aux recensements de tous les enfants en âge d’être scolarisés sur leurs communes sans distinction aucune ;
-  que des circuits courts soient organisés pour l’inscription dans les collèges et lycées de telle sorte que les ados concernés ne soient pas contraints à attendre dans la rue.

Contacts presse :
Pablo Krasnopolsky - FERC-CGT - 06 33 53 62 21
Pierre Lafrance - RESF - 06 62 43 21 36
Clotilde Bonnemason - CNDH Romeurope - 06 35 52 85 46

Voir le communiqué de presse

Les membres du Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation – CDERE

ABCR (Association Biterroise Contre le Racisme) – ASAV (Association pour l’accueil des voyageurs) – ASEFRR (Association de Solidarité en Essonne avec les Familles Roumaines & Roms) – Aset 93 (Association d’Aide à la Scolarisation des Enfants Tsiganes) – Aset 95 –Association Romeurope 94 – Association Solidarité Roms de Saint- Etienne – ATD-Quart monde – CLASSES (Collectif Lyonnais pour l’Accès à la Scolarisation et le Soutien des Enfants des Squats) – CLIVE (Centre de Liaison et d’Information Voyage Ecole) – Collectif de soutien aux familles rroms de Roumanie 95 – Collectif Romeurope du Val Maubuée 77 –Collectif Roms de Montpellier – Collectif Romeurope 92 Sud – Collectif Romyvelines – DEI-France (Défense des Enfants – International) – Ecodrom – FCPE (Fédération des conseils de parents d’élèves) – FERC-CGT (Fédération de l’éducation, de la recherche et de la culture) – Gisti – Hors la Rue – Intermèdes Robinson – L’école au présent – LDH (Ligue des Droits de l’Homme) – MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) – RESF (Réseau Education Sans Frontière) – Scolenfance – Secours Catholique (Caritas France) – SNPI-FSU (Syndicat national des personnels d’inspection) – SNUipp-FSU (Syndicat National Unitaire des instituteurs professeurs des écoles et Pegc-Fédération syndicale unitaire) – Sud Education
Ainsi que des militant-e-s en faveur des droits des enfants


 

JPEG Programme :
18h : Accueil et apéro-goûter autour de l’expo photo de Myriam Drosne et de l’expo -vidéo de Canal Marches et son Université Populaire Audiovisuelle

19h : Projection des deux films réalisés par Sylvia Aubertin (Canal Marches) :
Les dessins magiques réalisé avec les enfants rom du terrain de la Rue du Docteur Roux et
Roms en résistance Août 2010 : Les familles roms viennent d’être expulsées et se retrouvent dans un gymnase de Choisy-le-Roi accompagnés par le Comité de soutien (avec notamment une intervention de Michel Fèvre de Romeurope)
19h30 : Débat avec des familles roms de Choisy, des acteurs associatifs, des citoyen-ne-s autour des droits fondamentaux (scolarisation, santé, logement, travail).
Présentation du livre « Roms et riverains. Une politique municipale de la race » (éd.La Fabrique), en présence de Serge Guichard, un des coauteurs.
A partir de 21h30 : clôture sur un buffet en musique
A l’initiative de Canal Marche, la LDH 94, le MRAP 94, Romeurope 94, le CDERE et RESF 94


 

Depuis début octobre 2015 nous essayons d’inscrire à l’école 8 enfants de familles roms migrantes,vivant avec leurs parents dans un squat à Créteil – 72 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny.
Un de ces enfants vit en hôtel à Créteil, avec sa mère hébergée par le 115. Après avoir essuyé un premier refus, le service de la scolarité a accepté de traiter le dossier de cet enfant. Monsieur le Député Maire Cathala ayant donné à Emmaüs une délégation du CCAS pour les domiciliations Madame R a pu en demander une qui ne sera effective que dans cinq à six mois,faute de place. Nous avons obtenu cependant son inscription le 28 octobre 2015.
Pour les 7 autres enfants dont deux étaient scolarisés l’an dernier à Bonneuil la tentative d’inscription scolaire a échoué.
La présidente de la section de la Ligue des Droits de l’Homme de Créteil a obtenu un contact téléphonique avec Monsieur le Député Maire de Créteil qui s’est donné 48 heures pour répondre à cette demande de scolarisation.
Il a effectivement répondu dans les 48 heures en signant un arrêté d’expulsion immédiat« pour des raisons de sécurité ». (le 29 octobre 2015)

suite Communiqué de presse Romeurope 94 du 30.11.2015

Communiqué de la LdH


 

Les membres du Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation (CDERE) déplorent le fait qu’une fois de plus, à la rentrée scolaire 2015, la majorité des enfants vivant dans des bidonvilles dans des squats et à la rue ne seront pas à l’école. Ces enfants, « invisibles » pour les autorités, sont privés d’un droit des plus fondamental : le droit à l’éducation. Selon le rapport de l’UNICEF publié en juin 2015, ces enfants seraient environ 9 000 en France aujourd’hui.
Cet été a encore été le théâtre de nombreuses expulsions d’habitants de bidonvilles et de squats. En juillet, ce sont au moins 30 lieux de vie soit plus de 2 800 personnes dont 800 enfants qui ont été expulsés. Ces expulsions mènent comme toujours à des ruptures des parcours scolaires. Les enfants expulsés retrouveront-ils le chemin de l’école ? ........


 
 

Le Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation a organisé une journée nationale de travail le SAMEDI 21 JUIN 2014 à PARIS
Au cœur de cette journée les échanges sur les obstacles à la scolarisation des enfants allophones et l’insertion socio-professionnelle des jeunes 16-25 ans vivant en habitat précaire en France ».

Programme de la journée

Actes de la journée


 

Réalisées dans le cadre d’une campagne de sensibilisation de l’Unicef Roumanie en partenariat avec l’ONG roumaine agenţia împreunǎ, ces outils ont été relayés par le Ministère de l’éducation roumain :

Une vidéo disponible en français, en roumain et en anglais

Et

une brochure d’accompagnement en anglais intitulée "It’s about us : 20 answers to the question "What do you want to be when you grow up ?".


 
 

Communiqué de presse / Droits de l’enfant / Associations / Pouvoirs publics}

Paris, 29 novembre 2013 – Madame Dominique BERTINOTTI a répondu présente, jeudi 21 novembre, à l’invitation du collectif AEDE (Agir Ensemble pour les Droits de l’Enfant) à renouer le dialogue avec la société civile sur les droits de l’enfant, en présence de Monsieur Dominique BAUDIS, Défenseur des droits.
A l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, les 35 organisations de la société civile française engagées dans le projet AEDE souhaitaient prendre date avec les pouvoirs publics. L’enjeu de leur démarche est de mettre à profit les deux ans à venir, avant l’audition du Gouvernement par le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies à l’automne 2015, pour favoriser un travail concerté de tous les acteurs afin de progresser dans l’application par la France de la Convention relative aux droits de l’enfant. lire la suite


 

Communiqué de presse du 4 septembre 2012

Le Collectif pour le Droit des Enfants Roms à l’Education (CDERE) qui regroupe syndicats de l’Education et associations s’inquiète de l’avenir des enfants Roms victimes des évacuations durant l’été : des enfants qui avaient commencé une scolarisation ont vu leur lieu de vie détruit, leur cartable et leurs affaires scolaires disparaître avec leurs affaires personnelles et leurs repères.

Combien de ces enfants pourront ce jour de rentrée retrouver le chemin de l’école ?

Des signes contradictoires sont donnés par le gouvernement. La circulaire interministérielle du 26 août 2012 propose un cadre d’accompagnement anticipé des personnes concernées par ces évacuations. Le 28 août, Mme Pau Langevin, Ministre déléguée à la Réussite Educative réaffirme le droit à la scolarisation de tous les enfants quel que soit leur lieu de vie et reconnaît les difficultés auxquelles sont confrontées les familles Roms pour faire valoir ce droit. Cependant des évacuations sans solution pérenne se multiplient dans la précipitation. lire la suite


 
>>> Non-scolarisation des enfants Roms - Publi� le 24 mai 2011

- Le Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation organise une journée nationale de travail le SAMEDI 4 JUIN 2011 afin de combattre les causes de la non-scolarisation des enfants Roms.

Le programme

Actes de la réunion


 

Communiqué et Dossier de presse publiés par la Défenseure des Enfants lors de sa Conférence de presse qui a eu lieu le 26 avril dernier.

A cette occasion Mme Versini a présenté le bilan de l’activité de l’Institution qu’elle a représenté depuis 2006.


 

CONFERENCE DE PRESSE

Le mercredi 20 octobre 2010 de 10h à 12h

au Sénat

15 rue de Vaugirard- 75006 Paris – métro : Odéon

Victimes de la politique d’expulsion : Les enfants roms.

Invitation

Dossier de presse :

Programme

Poème de Marie-Pierre Vincent

Victimes de la politique d’expulsion : les enfants roms

Des témoignages


 

Communiqué du 10 mai 2010 des Elus et des Organisations du Collectif pour le droit des enfants à l’éducation


 

Etude de Romeurope sur les obstacles à la scolarisation des enfants Roms migrants en France ( Période Janvier 2007-mi 2008)


 
 
 

-  Lettre au Ministre de l’Education nationale

-  Lettre au Président de l’Assemblée des départements de France

-  Lettre au Président des Associations des Maires de France


 
 
Romeurope bénéficie du soutien deIDFetACSE